Récolte d’information : réaction des entreprises, écoles, laboratoires et formations face au COVID-19

Le STJV souhaite documenter la réaction des entreprises, écoles, laboratoires et formations du jeu vidéo face à l’épidémie de COVID-19, pour connaître au mieux la situation dans notre industrie, pouvoir aider les travailleureuses et étudiant·e·s là où cela est nécessaire et pouvoir faire un rapport sur ces réactions. Nous voulons savoir qui a fait quoi, comment, quelles sont les bonnes et mauvaises pratiques, si les entreprises et écoles ont réagi à temps ou non, etc. Cela concerne aussi les étudiant·e·s en stage.

Nous avons constaté de première main que la communication, publique mais aussi interne, de certains studios et écoles est mensongère, laissant par exemple entendre que le confinement avait été anticipé alors que cela n’a pas été le cas, et volontairement obscure, ne communiquant pas à l’ensemble des personnes concernées les cas confirmés ou suspects et ne leur permettant ainsi pas de prendre les précautions nécessaires pour elleux et pour leurs proches. Nous ne pouvons donc pas faire confiance aux organisations elle-mêmes pour savoir ce qu’il en est, c’est pourquoi nous avons décidé d’aller chercher l’information à la source.

Vous pouvez nous écrire librement à contact@stjv.fr. Pour vous aider voici une série de questions sur ce que nous cherchons à savoir :

Quels dispositifs ont été mis en place ?
Télétravail bien sûr mais aussi chômage technique, cours en ligne, quarantaine, décalage des dates d’examen, aide à la garde d’enfant, arrêt des serrages de main, bises et autres contacts physiques au travail, toute disposition ayant visé à lutter contre l’exposition au virus.

Quand est-ce que ces dispositions ont été mises en place ?
De manière aussi détaillée que possible, nous aimerions savoir à quelles dates les organisations ont réagi.

Avez-vous eu connaissance de problèmes lors de ces mises en place ou du non-respect des lois et conventions régissant le travail et les études ? Si oui, lesquelles ?
Par exemple : votre employeur a-t-il fourni le matériel que vous utilisez en télétravail ? vous a-t-il forcé à venir travailler après le 16 Mars ? A-t-il refusé des mesures de protection alors que votre activité est à risque ? Avez-vous été forcé à poser des congés ?

Quelle est la communication de votre entreprise ou école autour de l’épidémie ? A-t-elle été faite en amont ou au dernier moment ?
Si vous êtes concerné·e, avez-vous été mis·e au courant des dispositions légales sur votre changement de mode de travail ? Savez-vous si vos examens seront maintenus ? Avez-vous eu connaissance des gestes à faire pour se protéger avant le confinement ? Recevez-vous des informations régulières sur les personnes infectées ou présentant des symptômes ? Etc.

Nous récoltons toute information qu’elle soit positive ou négative, il s’agit pour nous de dresser un portrait le plus exhaustif possible. Nous vous demandons de bien vouloir partager cet appel autant que possible aux personnes de l’industrie que vous connaissez.

Organisation face à la pandémie du coronavirus

Collègues, camarades,

Comme vous le savez peut être nos collègues du studio Ubisoft Paris Mobile ont été placés en quarantaine vendredi, après qu’un cas de COVID-19 a été dépisté sur place.

Nous souhaitons un prompt rétablissement à notre collègue et bon courage à celles et ceux qui vont se retrouver isolé·e·s pendant quelques temps.

Nous saluons malgré tout les efforts significatifs mis en place depuis plusieurs jours par la direction de ce studio pour organiser le télétravail sans attendre d’être au pied du mur.

A toutes et tous, nos collègues et camarades de tous les studios de France, il est important de ne pas céder à la psychose et d’agir intelligemment et collectivement. Nous attirons votre attention sur l’importance de demeurer en contact avec vos CSE respectifs qui sont les mieux à même à traiter avec vos directions pour mettre en place des possibilités de travailler depuis chez vous.

Si vous faites partie des personnes en travail indépendant, nous savons également que vous pouvez vous retrouver en face de difficultés spécifiques à votre situation. Si nécessaire contactez-nous. Nous invitons également les étudiant·e·s et personnel·le·s à transmettre leurs difficultés dans les formations.

Pour celles et ceux qui sont parents d’enfants de moins de 16 ans, veuillez noter que l’un des deux parents peut bénéficier sur demande de l’employeur d’un arrêt de travail de 20 jours sans délai de carence afin de s’occuper des enfants.

Le STJV reste à votre disposition si vous avez besoin d’aide ou de conseil, qu’il s’agisse de vos conditions de travail pendant cette période ou d’une conséquence indirecte sur votre quotidien.

Un mot également à l’attention de nos employeurs et de nos employeuses.

Nous faisons face à un enjeu important de santé publique. Au-delà de l’obligation de protection des personnes travaillant dans votre entreprise qui est la vôtre, nous attirons votre attention sur l’enjeu stratégique qui se pose à toute la société française. Outre nos conditions de santé individuelles, nous devons veiller à tout mettre en œuvre dans le but d’éviter que nos ainé·e·s ainsi que les personnes les plus fragiles soient exposées. Et plus important encore, nous devons gagner du temps qui permettra aux services publics de santé de pouvoir prendre en charge les patients qui en auront le plus besoin sans être saturés par une propagation trop rapide de l’épidémie. Nous connaissons les difficultés quotidiennes qui sont celles du corps médical en manque de moyens, en responsabilité, il ne faudrait pas leur rendre la tâche plus difficile qu’elle ne l’est déjà.

Ceci implique pour notre industrie de prendre toutes les mesures permettant à tous les travailleurs et toutes les travailleuses de ne pas avoir à se déplacer, en particulier via les transports en commun.

Nous avons conscience des défis logistiques que ces mesures imposent, tout comme nous avons conscience que c’est un acte civique indispensable dans l’intérêt des travailleurs et des travailleuses du jeu vidéo mais aussi de l’ensemble de nos concitoyens.

Parmi les studios que vous dirigez, certains ont d’ores et déjà pris ces questions au sérieux en mettant en œuvre les moyens nécessaires. Nous invitons les autres à s’employer sans délai à suivre cet exemple. Vous vous inquiétez probablement de l’état de votre production, mais celle-ci s’arrêtera brutalement si vos employés sont malades ou si des mesures de confinement doivent les concerner, nous attirons donc votre attention sur ce simple fait qui expose la convergence des intérêts de la production et ceux de la santé de la population.

Le STJV encourage vivement à prendre toutes les mesures matérielles permettant d’éviter les déplacements quotidiens des travailleurs et des travailleuses et de faire en sorte que l’industrie du jeu vidéo tombe pendant un temps les masques des artifices publicitaires et se montre sous un jour citoyen et solidaire. Nous sommes joignables dans la limite de nos moyens pour tout renseignement et conseil.

contact@stjv.fr
@stjv_fr

Dimanche 8 Mars : Toutes et tous dans la rue !

Ce Dimanche sera le 8 Mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Née de la lutte socialiste féministe du début du XXe siècle, cette journée a toujours eu pour but de réclamer pour les femmes des droits égaux à ceux des hommes, et la fin des discriminations genrées au travail et dans la société de manière générale. La date du 8 Mars a été choisie définitivement suite à la grève des femmes du 8 Mars 1917 en Russie, qui a déclenché la révolution russe (rien que ça). Ces dernières années, le 8 mars est redevenu une journée de grèves massives partout dans le monde.

Le 8 mars 2020 arrive dans un contexte politique tendu. En France avec l’imposition violente de lois grâce au 49.3, violences policières, médiatisation de « féministes » transphobes, montée des prises de paroles autour des féminicides, etc. et à l’international avec notamment des arrêtés homophobes en Pologne, la complication de l’accès à l’avortement aux États-Unis, etc.

Dans le monde du travail aussi, alors que certaines égalités sont théoriquement acquises et inscrites dans la loi, on constate que celle-ci sont très limitées, non appliquées ou simplement inexistantes en pratique. Nous devons constamment nous rappeller que nos droits ne sont jamais acquis, et qu’il est plus que jamais important de se battre pour eux.

L’égalité entre toutes et tous concerne tout le monde. Que l’on soit concerné.e.s directement par les discriminations ou non, celles-ci ont un impact sur nos vies et lutter contre doit faire partie de notre projet de société commun. Il est important de rappeler que dans le contexte du projet de réforme des retraites contre lequel le STJV lutte, les femmes seraient particulièrement perdantes, cette réforme exacerbant les inégalités économiques de genre et remettant en cause leur autonomie financière.

L’industrie du jeu vidéo n’échappe pas aux violences et discriminations sexistes. Majoritairement masculine (plus de 80 % d’hommes), elle combine capitalisme, l’exploitation des travailleureuses par les personnes possédant les moyens de production, et patriarcat, la domination des hommes sur les personnes d’autres genres. Cette combinaison amène à des situations dans lesquelles les personnes marginalisées subissent des violences sexistes, homophobes, transphobes, etc. et ne disent rien car leur auteur a un pouvoir sur elleux au travail, pouvoir sur leurs situations économiques et leurs carrières.

Cela a été révélé (une fois de plus…) au grand jour récemment, avec les témoignages publics de personnes ayant été victimes, dès leur début de carrière, de prédateurs sexuels qui utilisaient leur statut, leur influence et leurs postes dans l’industrie pour abuser d’elleux. Il est également connu que des prédateurs et harceleurs dans des studios français ne sont pas sanctionnés, principalement du fait de leur rang hiérarchique. Bien souvent, ce sont même les victimes qui subissent les foudres de leur entreprise, en étant poussées à la démission, « mises au placard », suspendues, etc.

Faits notables et très parlants : le pourcentage de femmes dans l’industrie est plus faible que le nombre de femmes faisant des études liées au jeu vidéo, et les carrières des femmes dans cette industrie sont en moyenne bien plus courtes que celles des hommes. Les femmes et autres minorités de genre subissent de la discrimination à l’embauche et dans les promotions, sont confronté·e·s au harcèlement dès leurs premiers stages et souvent même dans leurs écoles. Les inégalités salariales sont aussi très réelles : dans les studios où le STJV a pu compiler des données sur les salaires, les hommes étaient systématiquement mieux payés en moyenne que les autres travailleureuses.

Enfin, il ne faut pas oublier que, dans une société genrée comme la nôtre, le travail en entreprise repose sur le travail domestique. Dans le jeu vidéo, les pratiques comme le crunch et l’inadéquation de l’industrie avec la vie familiale, combinées à la division patriarcale du travail et au nombre majoritaire d’hommes dans l’industrie, font reposer la production vidéoludique sur le travail des femmes. En effet tout le temps accaparé par le travail en période de crunch est volé à la vie familiale, ce qui entraîne une surcharge de travail domestique pour les femmes à qui il incombe déjà en très grande majorité.

Pour toutes ces raisons, la lutte féministe est aussi une lutte syndicale ! En tant qu’organisation créée pour défendre les travailleureuses dans leurs rapports avec les entreprises qui les emploient et améliorer leurs conditions matérielles d’existence, les syndicats sont très bien placés pour se battre pour l’égalité salariale et contre les discriminations, le harcèlement, et les conditions de travail délétères qui accablent les minorités de genre.

Les syndicats sont uniques dans leurs pouvoirs, car ils peuvent communiquer directement dans les entreprises, représenter les travailleureuses en cas de conflit avec leur employeur (aussi bien au tribunal que dans un entretien disciplinaire), négocier avec les directions d’entreprises, etc. En bref, en renversant le rapport de force dans le travail, les syndicats sont un outil puissant pour mener la lutte féministe et s’assurer que pas une seule personne ne reste isolée.

C’est pour toutes ces raisons que nous appelons ce Dimanche 8 mars à aller manifester, et que nous appelons pour toute la semaine du 9 mars les femmes et minorités de genre à faire une grève du travail reproductif (tâches ménagères, garde des enfants, travail émotionnel, …), et les hommes à l’effectuer dans son intégralité durant cette semaine.

Lutte contre le projet de réforme des retraites : on fait le bilan (provisoire)

Le 5 Décembre dernier, le Syndicat des Travailleurs et Travailleuses du Jeu Vidéo publiait, dans le cadre de la lutte contre le projet de réforme du système de retraite, le premier appel à la grève national de son histoire. Le 1er Janvier, nous avons publié un deuxième appel qui a été reconduit jusqu’au 23 Février, soit pendant 54 jours.

C’est, à notre connaissance, la première fois que l’industrie du jeu vidéo se mobilise de telle manière dans un combat politique national. Et cette mobilisation est bien supérieure à nos espérances. Nous avons pu recenser plusieurs centaines de jours de grèves ; jours qui ont permis aux travailleur·se·s de l’industrie de s’organiser, de se renseigner, de se reposer, de se rencontrer et de tisser de nouveaux liens ; jours repris aux entreprises qui nous exploitent, qui profitent de nos passions.

Le STJV s’est aussi montré présent dans les manifestations avec des cortèges officiels dans toutes les grandes manifestations depuis le début du mouvement, dans 6 villes en France, et rassemblant à plusieurs reprises plus de cent personnes. Ces manifestations ont été l’occasion de rencontrer et discuter avec des syndicats d’autres secteurs, des organisations de chômeur·se·s, d’étudiant·e·s, féministes, etc. et de nous faire de nouveaux·elles allié·e·s.

La mobilisation des syndicats et de toutes les organisations de gauches nous a permis, tou·te·s ensemble, de gagner la bataille de l’opinion. La majorité des françai·se·s souhaite en effet le retrait du projet de réforme, tandis qu’une encore plus grande majorité souhaite un référendum pour décider de son retrait ou non. Pendant ce temps le gouvernement reste inflexible, refuse d’écouter le peuple et préfère s’embourber dans un processus parlementaire où même sa majorité absolue ne l’aide pas. On entend même parler de recours à l’article 49.3 de la constitution, comme si l’affront fait à la démocratie n’était déjà pas suffisamment important.

C’est le moment que nous choisissons, à la suite des autres syndicats, pour faire une pause dans la mobilisation. Plus de 2 mois de mouvement social c’est épuisant, les militant·e·s ont besoin de se reposer, de renflouer les caisses après ces jours de grève non payés. Cette pause va nous permettre de mieux préparer la suite du mouvement, mais aussi d’avancer sur d’autres sujets importants. Notamment, et pas des moindres, nous serons mobilisé le 8 Mars pour le jour de lutte internationale pour les droits des femmes. N’hésitez pas à rejoindre le STJV pour nous aider, nous avons toujours besoin de plus de bras !

Cependant, et tant que le projet de réforme n’a pas été retiré, nous devons rester vigilant·e·s et actif·ve·s. Nous appelons d’ores et déjà à une mobilisation massive le 31 Mars, et à la formation de cortèges dans toute la France sous la bannière du STJV. Nous publierons pour l’occasion un nouvel appel à la grève.

Appel à la grève renouvelé : 17 au 23 Février

Une semaine de mobilisation plus calme vient de s’écouler. Mais ce calme ne signifie en rien la fin de la contestation ! L’opposition à la reforme des retraites n’a en aucun cas cessé !

67 % des français (selon un sondage Ifop) sont favorables à ce que cette réforme passe par un référendum pour permettre ou non son application. Ce qui traduit une volonté politique importante de la part d’une majorité de la population qui ne veut pas se voir imposer cette réforme. En effet, selon le même sondage, 56 % des participant·e·s voteraient non.

Pourtant la réforme continue son chemin puisque son examen en séance publique à l’assemblée nationale commence ce lundi 17. La commission spéciale n’ayant pas réussi à examiner les très nombreux amendements qui avaient été déposés, c’est le projet initial qui sera examiné avec 80 heures de débats qui ont déjà été programmées.

Rappelons que le gouvernement souhaite que le vote en première lecture intervienne avant les élections municipales. Et c’est précisément pour cela que nous, travailleureuses du jeu vidéo, devons rester mobilisé·e·s dans ce bras de fer contre cette réforme qui salit le legs du Conseil National de la Résistance.
L’intersyndicale, soutenue par le STJV, appelle à faire de la journée du 20 février, une journée de mobilisation massive afin de rappeler au gouvernement et à l’Assemblée Nationale que la contestation de ce projet n’est pas morte.

Aussi le STJV renouvelle son appel à la grève du 17 au 23 février inclus et appelle les travailleureuses du secteur du jeu vidéo à se mobiliser dans leurs entreprises, dans les AG et les manifestations qui ont lieu un peu partout à travers la France afin de sensibiliser un maximum de personnes aux enjeux actuels et de s’organiser afin que cette lutte puisse durer jusqu’au retrait de la réforme. Cet appel sera potentiellement reconduit à l’issue de cette période.

Nous rappelons que cet appel couvre le champ d’action du STJV dans le secteur privé, et concerne donc toute personne employée par une société d’édition, de distribution, de service et/ou de création de jeu vidéo ou matériel pour le jeu vidéo quel que soit son poste ou son statut et quelle que soit le type de production de sa société (jeux consoles, PC, mobile, serious games , expériences VR/AR, moteurs de jeu, services marketing, consoles de jeu, streaming, etc.), ainsi que tout·e·s les enseignant·e·s travaillant dans des écoles privées dans des cursus en lien avec la production vidéoludique. Pour toutes ces personnes, et puisqu’il s’agit d’un appel national à la grève, aucune démarche n’est nécessaire pour se mettre en grève : il suffit de ne pas venir travailler les jours où vous souhaitez faire grève.

Pour les personnes ne pouvant participer à cette grève mais désireuses de soutenir l’effort, il est possible de faire un don à la caisse commune qui sera reversé aux personnes mobilisées via le lien suivant : https://www.lepotcommun.fr/pot/solidarite-financiere

Appel à la grève renouvelé : 10 au 16 Février

Une semaine de mobilisation de plus contre la réforme des retraites du gouvernement. Une semaine de plus à parler, débattre, s’organiser et lutter contre un projet auquel nous ne pouvons adhérer tant il suinte de néolibéralisme et qu’il se veut destructeur de nos conquêtes sociales.

Une semaine de plus où nos média, selon Acrimed (observatoire des médias), portent la couverture de la grève sur les difficultés qu’elle engendre, galère des usagers, commerçants et entreprises, au dépend d’informations sociales qui pourraient parler des causes du mouvement, du projet de réforme des retraites et de l’organisation des grévistes.

Aussi le STJV renouvelle son appel à la grève pour la période du 10 au 16 février inclus et appelle les travailleur·se·s du secteur du jeu vidéo à se mobiliser dans leurs entreprises, dans les assemblées générales et les manifestations qui ont lieu un peu partout à travers la France afin de sensibiliser un maximum de personnes aux enjeux actuels et de s’organiser afin que cette lutte puisse durer jusqu’au retrait de la réforme. Cet appel sera potentiellement reconduit à l’issue de cette période.

Actuellement, la commission spéciale de l’assemblée nationale doit étudier 22159 amendements de la réforme avant mercredi soir. Pour y parvenir il a été décidé, de manière assez ridicule, de réduire le temps de parole des interlocuteurs de l’opposition. Cependant, si tous les amendements ne sont pas examinés d’ici mercredi le texte qui sera présenté en séance dans l’hémicycle lundi 17 février sera le texte original du gouvernement, texte qui nous a, à son annonce, mobilisé et contre lequel nous continuons de lutter.

L’exécutif souhaite que le premier vote de la loi intervienne avant les élections municipales pour être transmis au sénat au printemps pour un vote définitif avant la fin de la session parlementaire cet été. Pour rappel, le gouvernement a opté pour une procédure accélérée, ne prévoyant qu’une seule lecture par chambre.

Le conseil d’état ne cesse cependant pas de rappeler à l’ordre la république en marche, notamment sur le projet de réforme des retraites pour lequel il estime que les projections financières du gouvernement sont lacunaires et que le recours aux ordonnances fait perdre une visibilité d’ensemble sur le projet.

En effet, n’ayant eu que trois semaines pour rendre son avis sur le projet de loi (qui a d’ailleurs été modifié six fois durant cette période) le conseil d’état juge ne pas avoir eu le temps de garantir au mieux la sécurité juridique du projet.

Dans les temps à venir, l’intersyndicale travaille à une contre-conférence nationale qui devrait voire le jour en mars. De même, l’intersyndicale soutenue par le STJV appelle à s’organiser afin de faire de la journée du 20 février une journée de mobilisation massive.

Nous rappelons que cet appel couvre le champ d’action du STJV dans le secteur privé, et concerne donc toute personne employée par une société d’édition, de distribution, de service et/ou de création de jeu vidéo ou matériel pour le jeu vidéo quel que soit son poste ou son statut et quel que soit le type de production de sa société (jeux consoles, PC, mobile, serious games , expériences VR/AR, moteurs de jeu, services marketing, consoles de jeu, streaming, etc.), ainsi que tout·e·s les enseignant·e·s travaillant dans des écoles privées dans des cursus en lien avec la production vidéoludique. Pour toutes ces personnes, et puisqu’il s’agit d’un appel national à la grève, aucune démarche n’est nécessaire pour se mettre en grève : il suffit de ne pas venir travailler les jours où vous souhaitez faire grève.

Pour les personnes ne pouvant participer à cette grève mais désireuses de soutenir l’effort, il est possible de faire un don à la caisse commune qui sera reversé aux personnes mobilisées via le lien suivant : https://www.lepotcommun.fr/pot/solidarite-financiere

Appel à la grève renouvelé : 3 Février au 9 Février

Les semaines se succèdent et la mobilisation contre le projet de réforme des retraites ne se démonte pas, d’après les récents sondages 6 français•es sur 10 sont encore favorables au retrait de cette réforme.
En témoigne la persistance de l’engagement des pompiers. De même l’opéra de Paris a lui aussi annoncé que ces employé•e•s poursuivront la grève et les chercheureuses et professeur•e•s parlent d’organiser une grève dans leur secteur.

Il est d’ailleurs tout à fait remarquable que la plupart des vœux de LREM ont été interrompus par des personnes témoignant leur engagement militant.

On sait maintenant que cette lutte est vouée à durer encore un certains temps, aussi le STJV renouvelle son appel à la grève du 3 au 9 février inclus et appelle les travailleureuses du secteur du jeu vidéo à se mobiliser dans leur boîtes, dans les AG et les manifestations qui ont lieu un peu partout à travers la France afin de sensibiliser un maximum de personnes encore peu sensibilisées aux enjeux actuels et de s’organiser afin que cette lutte puisse durer jusqu’au retrait de la réforme. Cet appel sera potentiellement reconduit à l’issue de cette période.

Car le succès est possible et l’espoir est encore permis dans ce pays où le Conseil d’Etat s’est opposé à la circulaire du ministre de l’Intérieur visant à invisibiliser une grande partie des français•e•s lors des élections municipales.

Cependant ne soyons pas dupes, la réforme des retraites continue à se concrétiser. A l’heure qu’il est, elle est arrivée à l’Assemblée Nationale où elle a déjà été modifiée par de très nombreux amendements et où les travaux parlementaires sur les textes de loi sont en train de commencer. En parallèle, la conférence sur le financement de la réforme des retraites a débuté le 30 janvier et se poursuivra lors de trois réunions entre février et mars.

On sait déjà que l’âge pivot annoncé par le gouvernement a été révisé sous forme d’un ‘’âge du taux plein’’ qui se veut évolutif en fonction de votre année de naissance. Ainsi une personne étant née en 1975 devra cotiser (et donc travailler) jusqu’à 65 ans alors qu’une personne étant née en 1999 devra cotiser jusqu’à 67 ans. Même si ces chiffres ne sont que des estimations dans une réforme en pleine évolution, ils annoncent la couleur à laquelle nous, travailleureuses, seront traité•e•s. Ces prévisions sont d’ailleurs d’autant plus crédibles que le MEDEF à d’ores et déjà annoncé son approbation du recul de l’âge de départ à la retraite.

Nous rappelons que cet appel couvre le champ d’action du STJV dans le secteur privé, et concerne donc toute personne employée par une société d’édition, de distribution, de service et/ou de création de jeu vidéo ou matériel pour le jeu vidéo quel que soit son poste ou son statut et quel que soit le type de production de sa société (jeux consoles, PC, mobile, serious games , expériences VR/AR, moteurs de jeu, services marketing, consoles de jeu, streaming, etc.), ainsi que tout·e·s les enseignant·e·s travaillant dans des écoles privées dans des cursus en lien avec la production vidéoludique. Pour toutes ces personnes, et puisqu’il s’agit d’un appel national à la grève, aucune démarche n’est nécessaire pour se mettre en grève : il suffit de ne pas venir travailler les jours où vous souhaitez faire grève.

Pour les personnes ne pouvant participer à cette grève mais désireuses de soutenir l’effort, il est possible de faire un don à la caisse commune qui sera reversé aux personnes mobilisées via le lien suivant : https://www.lepotcommun.fr/pot/solidarite-financiere

Appel à témoignage sur les conditions d’études et de travail dans les écoles et formations du jeu vidéo

Le STJV, via sa commission Étudiant·e·s, souhaite récolter des témoignages d’enseignant·e·s, étudiant·e·s, personnels et autres personnes liées aux formations et écoles de jeux vidéos, ou dont beaucoup d’ancien·ne·s étudiant·e·s travaillent dans le jeu vidéo après leurs études.

Pourquoi cet appel ?

Nous avons eu des échos de graves dysfonctionnements au sein de plusieurs écoles et formations de jeu vidéo. Nous souhaitons savoir si cette situation s’est répétée par ailleurs, afin de pouvoir établir un plan d’action pour que chacun et chacune puisse enseigner et apprendre dans les meilleures conditions possibles.

Quelles situations méritent témoignage ?

Aucune limite, tous vos retours nous intéressent ! Quelques exemples si ça peut vous inspirer, mais que ça ne vous restreigne pas :

  • Mise en défaut du cadre légal de l’éducation (par exemple : manque de contrats, contrats bidons…)
  • Déficit pédagogique et encadrement défectueux. Il est bon de rappeler que le cadre pédagogique pour les étudiant·es est ESSENTIEL et doit être toujours amélioré.
  • Manque ou fausse communication sur les débouchés de l’emploi. Nous le savons, les étudiant·e·s sont nombreux·ses à sortir avec des emprunts bancaires et aucun travail derrière.
  • Harcèlement moral, « piscines » abusives, conditions d’éducation ou d’enseignement malsaines.
  • Tout ce qui concerne l’exploitation du travail des étudiant·e·s, à destination d’entreprises privées ou utilisés par l’école par exemple.

Qui est concerné par cet appel ?

Toutes personnes ayant été témoin de situations telles que décrites au-dessus : étudiant·e·s, enseignant·e·s, personnels administratifs, ancien·ne·s étudiant·e·s, parents d’élèves, etc.

Nous cherchons à établir une image générale des problèmes présents dans l’éducation au jeu vidéo quel que soit le type d’établissement : formation universitaire, cursus ingénieur, école spécialisée en jeu vidéo, cursus spécialisé jeu vidéo dans une école qui a un champ plus large, etc.

Comment témoigner ?

Envoyez un email à etudes@stjv.fr. Vous pouvez nous donner la quantité de détails que vous souhaitez, il n’y a aucune obligation. Nous garantissons la confidentialité totale de vos témoignages et ne les publieront pas sans votre accord. Si vous souhaitez d’abord entrer en contact sans témoigner directement par mail c’est également possible, mais nous ne pouvons pas assurer un délai de réponse rapide.

Appel à la grève renouvelé : 27 Janvier au 2 Février

Une semaine de mobilisation supplémentaire s’est écoulée et alors que le mouvement de contestation ne cesse de grandir dans toute la France, rejoint par de nouveaux corps de métier, le gouvernement continue d’ignorer le refus catégorique exprimé. Pire encore, la loi a été adopté au conseil des ministres vendredi dernier !

Mais il est encore temps d’agir pour empêcher cette réforme d’advenir. Elle doit en effet encore passer à l’examen de ses mesures (à partir du 3 février) et passer à l’Assemblée Nationale à partir du 17 février. Le STJV renouvelle son appel à la grève, du 27 Janvier au 2 Février 2020 inclus. Cet appel sera potentiellement reconduit à l’issue de cette période.

Les organisations syndicales auxquelles se joint le STJV appellent à faire du mercredi 29 janvier, veille de la conférence de financement du projet de réforme, une journée massive de grève et de manifestations interprofessionnelles et intergénérationnelles.

Il est plus que jamais important de se mobiliser contre ce gouvernement et ce projet de réforme. En parallèle de celui-ci, le gouvernement choisit de soustraire de la comptabilisation nationales des élections municipales les communes de moins de 9000 habitants (ce qui représente 52 % de la population française), biaisant en sa faveur la coloration politique apparente de la France. De même, la loi ‘contre la haine’ a été modifiée de manière drastique afin que la police puisse exercer une censure rapide sur Internet en général sans l’aval d’un juge. Cette loi risque d’introduire une censure généralisée de toutes les organisations et personnes mobilisées contre le gouvernement. Ces décisions font reculer la démocratie, et il n’est pas nécessaire de se rendre en dictature pour le constater et exprimer notre opposition.

Nous rappelons que cet appel couvre le champ d’action du STJV dans le secteur privé, et concerne donc toute personne employée par une société d’édition, de distribution, de service et/ou de création de jeu vidéo ou matériel pour le jeu vidéo quel que soit son poste ou son statut et quel que soit le type de production de sa société (jeux consoles, PC, mobile, serious games , expériences VR/AR, moteurs de jeu, services marketing, consoles de jeu, streaming, etc.), ainsi que tout·e·s les enseignant·e·s travaillant dans des écoles privées dans des cursus en lien avec la production vidéoludique. Pour toutes ces personnes, et puisqu’il s’agit d’un appel national à la grève, aucune démarche n’est nécessaire pour se mettre en grève : il suffit de ne pas venir travailler les jours où vous souhaitez faire grève.

Pour les personnes ne pouvant participer à cette grève mais désireuses de soutenir l’effort, il est possible de faire un don à la caisse commune qui sera reversé aux personnes mobilisées via le lien suivant : https://www.lepotcommun.fr/pot/solidarite-financiere

Nous vous invitions à vous organiser localement, dans les assemblées locales et sections syndicales du STJV mais aussi dans les autres syndicats, associations et collectifs locaux. Nous invitons également les personnes en freelance, créateur·ice·s de contenu, étudiant·e·s, chercheur·se·s, membres de sociétés coopératives de production et chômeur·se·s à se mobiliser et se joindre à nous lors des manifestations et rassemblements qui viendront.

Appel à la grève renouvelé : 20 au 26 janvier 2020

Suite à l’inaction gouvernementale face à une mobilisation d’ampleur, le STJV renouvelle son appel à la grève, du 20 au 26 Janvier 2020 inclus. Cet appel sera potentiellement reconduit à l’issue de cette période. En effet, aucune avancée notable n’a pu être constatée depuis une semaine et il y a fort à parier que les instigateurices de cette proposition de loi jouent l’épuisement sachant qu’une mobilisation prolongée est difficile à maintenir pour la plupart des gens.

La seule réponse possible face à cette attitude est l’organisation pour une lutte qui s’inscrit dans la durée en permettant à ses acteurices de subsister. Le STJV a d’ores et déjà commencé à recenser les grévistes du secteur afin de les aider à s’inscrire aux caisses de grève.

Le 24 janvier est le jour de la présentation du projet de loi et partout à travers la France des mobilisations soutenues par le STJV auront lieu. Cette date est importante car une forte mobilisation montrerait un rejet clair de cette réforme.

Nous rappelons que cet appel couvre le champ d’action du STJV dans le secteur privé, et concerne donc toute personne employée par une société d’édition, de distribution, de service et/ou de création de jeu vidéo ou matériel pour le jeu vidéo quel que soit son poste ou son statut et quel que soit le type de production de sa société (jeux consoles, PC, mobile, serious games, expériences VR/AR, moteurs de jeu, services marketing, consoles de jeu, streaming, etc.), ainsi que tout·e·s les enseignant·e·s travaillant dans des écoles privées dans des cursus en lien avec la production vidéoludique. Pour toutes ces personnes, et puisqu’il s’agit d’un appel national à la grève, aucune démarche n’est nécessaire pour se mettre en grève : il suffit de ne pas venir travailler les jours où vous souhaitez faire grève.

Pour les personnes ne pouvant participer à cette grève mais désireuses de soutenir l’effort, il est possible de faire un don à la caisse commune qui sera reversé aux personnes mobilisées via le lien suivant : https://www.lepotcommun.fr/pot/solidarite-financiere