Manifestons par milliers pour l’interdiction des licenciements, contre les suppressions d’emplois et la réforme de l’assurance chômage !

Nous reproduisons ici le communiqué de la coordination nationale contres les suppressions d’emploi à l’appel des TUI, dont le STJV est signataire. Notre syndicat sera présent à la manifestation du 19 Juin.

Le 23 janvier dernier, plusieurs milliers de manifestant‧e‧s, syndicalistes, militant‧e‧s, travailleuses et travailleurs du public et du privé, licencié‧e‧s, jeté‧e‧s comme des malpropres à la porte des entreprises, défilaient à l’appel des TUI dans les rues de Paris de l’Assemblée Nationale au Medef.

Plus d’un an après le début de la pandémie et 100 000 morts plus tard, le maintien à tout crin des profits des actionnaires sème sur son chemin des milliers de salarié‧e‧s sans-emploi.

Les aides publiques par milliards remplissent les caisses des patrons du CAC 40, les engraissent jusqu’à faire exploser les chiffres des profits. Ils s’appuient sur la crise sanitaire pour licencier et continuer à se goinfrer même si cela veut dire que nous toutes et tous, quelque soit notre secteur professionnel, soyons viré‧e‧s par charrettes et emplissions la file déjà immense des privé‧e‧s d’emplois.

Début avril 2021, le Ministère du travail recense 928 plans de licenciements PSE cumulés entre le1er mars 2020 au 21 mars 2021. Cela représente plus de 105000 ruptures de contrats envisagées dans ce cadre, auxquelles s’ajoutent les 7375 licenciements dans le cadre de procédures concernant moins de 10 salariés.

13 nouveaux plans de licenciements sont toujours annoncés chaque semaine.

Alors que les plans de licenciements se multiplient depuis plus d’un an, le gouvernement ne trouve rien de mieux à faire qu’une réforme de l’assurance chômage, qui va accroître la misère de centaines de milliers de privés d’emploi. Le cynisme de nos dirigeants n’a d’égal que la soif de profits. Ce carnage concerne l’ensemble du monde du travail.

Dans les services publics, c’est par milliers que les postes ont été supprimés dans les services postaux, l’éducation nationale, la justice, l’inspection du travail…Dans la Santé, la CGT estime qu’il manque 100 000 emplois dans l’hôpital public et 200 000 dans les Ehpad pour assurer un service public de qualité.

On ne va pas se laisser faire !

Chaque jour, des équipes se battent pour sauver leurs emplois, se démènent contre la répression patronale ou d’État qui s’abat sur elles, sur celles et ceux qui résistent.C’est avec les dents que nous devrons arracher des victoires et nous ne pourrons pas gagner en restant isolé‧e‧s, séparé‧e‧s, divisé‧e‧s.

Pourquoi construire le 19 juin? Ce ne sera pas la date d’un secteur seul, isolé confronté aux licenciements et aux suppressions d’emplois, mais l’occasion de sortir du boîte par boîte et de se donner les moyens de frapper ensemble! De dire ensemble notre opposition aux licenciements et aux suppressions d’emplois et à la réforme de l’assurance chômage.

Mais surtout le 19 juin est issue d’un cadre inédit, initié par «l’appel des TUI», un cadre qui regroupe à la fois des secteurs, des syndicats et des organisations politiques différentes. Des organisations différentes, mais qui sont prêtes à dépasser leurs divergences, leurs «structures» pour faire bloc pour ne pas payer cette crise, car elles savent que c’est dans la rue que ça se gagne!Toutes et tous ensemble!

Faisons du 19 juin, une étape massive, visible, revendicative, collective dans laquelle chacune et chacun se sente la responsabilité de la construire et de la populariser.

Ce n’est pas à nous, de payer leur crise !

C’est à nous en revanche de tout faire pour nous regrouper et frapper ensemble pour mettre un coup d’arrêt à ce jeu de massacre qui n’épargne aucun secteur du public comme du privé. Partout mobilisons-nous: organisons des départs collectifs, des réunions unitaires et montons sur Paris.