Appel à la grève renouvelé : 10 au 16 Février

Une semaine de mobilisation de plus contre la réforme des retraites du gouvernement. Une semaine de plus à parler, débattre, s’organiser et lutter contre un projet auquel nous ne pouvons adhérer tant il suinte de néolibéralisme et qu’il se veut destructeur de nos conquêtes sociales.

Une semaine de plus où nos média, selon Acrimed (observatoire des médias), portent la couverture de la grève sur les difficultés qu’elle engendre, galère des usagers, commerçants et entreprises, au dépend d’informations sociales qui pourraient parler des causes du mouvement, du projet de réforme des retraites et de l’organisation des grévistes.

Aussi le STJV renouvelle son appel à la grève pour la période du 10 au 16 février inclus et appelle les travailleur·se·s du secteur du jeu vidéo à se mobiliser dans leurs entreprises, dans les assemblées générales et les manifestations qui ont lieu un peu partout à travers la France afin de sensibiliser un maximum de personnes aux enjeux actuels et de s’organiser afin que cette lutte puisse durer jusqu’au retrait de la réforme. Cet appel sera potentiellement reconduit à l’issue de cette période.

Actuellement, la commission spéciale de l’assemblée nationale doit étudier 22159 amendements de la réforme avant mercredi soir. Pour y parvenir il a été décidé, de manière assez ridicule, de réduire le temps de parole des interlocuteurs de l’opposition. Cependant, si tous les amendements ne sont pas examinés d’ici mercredi le texte qui sera présenté en séance dans l’hémicycle lundi 17 février sera le texte original du gouvernement, texte qui nous a, à son annonce, mobilisé et contre lequel nous continuons de lutter.

L’exécutif souhaite que le premier vote de la loi intervienne avant les élections municipales pour être transmis au sénat au printemps pour un vote définitif avant la fin de la session parlementaire cet été. Pour rappel, le gouvernement a opté pour une procédure accélérée, ne prévoyant qu’une seule lecture par chambre.

Le conseil d’état ne cesse cependant pas de rappeler à l’ordre la république en marche, notamment sur le projet de réforme des retraites pour lequel il estime que les projections financières du gouvernement sont lacunaires et que le recours aux ordonnances fait perdre une visibilité d’ensemble sur le projet.

En effet, n’ayant eu que trois semaines pour rendre son avis sur le projet de loi (qui a d’ailleurs été modifié six fois durant cette période) le conseil d’état juge ne pas avoir eu le temps de garantir au mieux la sécurité juridique du projet.

Dans les temps à venir, l’intersyndicale travaille à une contre-conférence nationale qui devrait voire le jour en mars. De même, l’intersyndicale soutenue par le STJV appelle à s’organiser afin de faire de la journée du 20 février une journée de mobilisation massive.

Nous rappelons que cet appel couvre le champ d’action du STJV dans le secteur privé, et concerne donc toute personne employée par une société d’édition, de distribution, de service et/ou de création de jeu vidéo ou matériel pour le jeu vidéo quel que soit son poste ou son statut et quel que soit le type de production de sa société (jeux consoles, PC, mobile, serious games , expériences VR/AR, moteurs de jeu, services marketing, consoles de jeu, streaming, etc.), ainsi que tout·e·s les enseignant·e·s travaillant dans des écoles privées dans des cursus en lien avec la production vidéoludique. Pour toutes ces personnes, et puisqu’il s’agit d’un appel national à la grève, aucune démarche n’est nécessaire pour se mettre en grève : il suffit de ne pas venir travailler les jours où vous souhaitez faire grève.

Pour les personnes ne pouvant participer à cette grève mais désireuses de soutenir l’effort, il est possible de faire un don à la caisse commune qui sera reversé aux personnes mobilisées via le lien suivant : https://www.lepotcommun.fr/pot/solidarite-financiere