Mobilisation nationale contre l’extrême-droite – Samedi 12 Juin 2021

Celles et ceux qui suivent l’actualité politique de manière assidue depuis quelques années ont pu constater la droitisation de plus en plus extrême de la politique française. Depuis plusieurs années, les lois « anti-terroristes » s’accumulent, surfant sur la peur (légitime) que des attentats ont pu causer pour diminuer de plus en plus les droits de toutes et tous, s’attaquer à la justice et préparer le terrain pour un régime autoritaire. Cette pente dangereuse a connu une accélération récente, avec un gouvernement qui reprend les éléments de langages et idées de l’extrême-droite, nomme des ministres proches d’organisations royalistes et antisémites, et accusés de viol par plusieurs femmes, et répond aux problèmes sociaux de la seule manière qui s’accorde avec sa politique en faveur des riches : la force.

En conséquence, les divers organisations fascistes sortent de l’ombre et se sentent pousser des ailes, multipliant les attaques violentes envers des militant‧es et organisations de gauche, et envers les institutions démocratiques (invasion de l’assemblée régionale d’Occitanie, menaces envers des élu‧es). Les « syndicats » corporatistes de police multiplient les actions, très souvent illégales, pour demander explicitement que la constitution et la déclaration des droits de l’homme soient abolies afin d’assouvir leur soif de violence fasciste. Des militaires, soutenus par des politiques et des journaux, appellent à un coup d’état violent ciblant explicitement la gauche et les musulmans. Et tout cela sans que toutes ces personnes ne subissent de sanction, sans réaction de la présidence française, et au contraire avec le soutien de personnalités politiques et médiatiques.

La place du jeu vidéo dans la radicalisation à droite de la société n’est pas négligeable. Le jeu vidéo, un des principaux médias actuels, est notamment gangrené depuis le début de son existence par ses liens avec les armées et les marchands d’armes. Ces organisation le financent et l’utilisent pour leur propagande nationaliste, « vendre » leurs guerres impérialistes et normaliser leur violence. Si les représentations dans les jeux vidéos et leurs messages évoluent, trop lentement et trop timidement, les propos des jeux à succès posent quasi systématiquement problème et participent activement aux discriminations et à l’ambiance fascisante.

La subordination volontaire, par intérêt capitaliste, d’une partie de l’industrie à une frange de l’extrême droite en ligne issue notamment du gamergate et à des intérêts gouvernementaux autoritaires pèse encore énormément sur l’industrie. En tant que travailleurs et travailleuses du jeu vidéo notre rôle dans la montée de l’extrême-droite n’est malheureusement pas anodin, mais nous pouvons nous mobiliser pour lutter contre et à terme faire pencher la balance. Cela se fera notamment en reprenant le pouvoir sur les productions, et donc par plus de démocratie en entreprise.

Ce climat inquiétant dans lequel nous vivons doit nous pousser à rester actif‧ves, uni‧es, et à nous mobiliser avec les autres organisations de gauche pour faire barrage à l’extrême-droite. Regrettant que les organisations antiracistes, qui luttent contre les violences policières et l’islamophobie depuis des décennies, n’y aient pas été associés dès le départ et déplorant le fait qu’un syndicat de policiers ait pu le signer, le STJV rejoint néanmoins, devant l’urgence de la situation, l’appel pour les libertés et contre les idées d’extrême-droite co-signé par un grand nombre d’organisations politiques, syndicales et médiatiques. Nous invitons toutes et tous à se mobiliser dans la rue le 12 Juin pour les manifestations qui auront lieu partout en France.