Les retours forcés au bureau sont (encore et toujours) irresponsables

De la même manière que lors du déconfinement en Juin dernier, ou qu’à la rentrée de Septembre, nous voyons se profiler une situation de retour au travail sur place désordonnée causée, entre autres, par des directives gouvernementales floues.

Or, si l’épidémie de coronavirus semble désormais en recul relativement stable, le virus se transmet toujours et des personnes en meurent encore chaque jour. Pire, si on regarde du côté de l’Angleterre, qui a connu une baisse du nombre de cas similaire à la France récemment, on voit que de récents variants font actuellement remonter la courbe de cas et inquiètent très fortement les épidémiologistes. La leçon à retenir de 2020 est bien qu’il faut éviter de se précipiter !

C’est pourtant ce que nous constatons dans plusieurs entreprises de jeu vidéo. Qu’une partie du patronat français s’empresse à faire revenir les employé·es dans les locaux est indigne. Cela révèle au mieux une lecture hâtive et simpliste de la situation, et au pire la recherche infâme de profits pourtant hypothétiques et d’une volonté de pouvoir sur les salarié‧es. Dans tous les cas cela met en danger la santé non seulement des travailleuses et travailleurs du jeu vidéo, mais aussi de la population en général.

Il est naturel et compréhensible que beaucoup parmi nous souhaitent désormais un retour à la normale. Après plus d’un an de confinements, de couvre-feu et de restrictions diverses et variées, qui n’aspire pas à relâcher la pression ? Mais si le but est réellement de contrôler cette épidémie, de prévenir le plus de morts possibles et d’enfin permettre à nos soignantes et soignants de respirer, alors il serait irresponsable de ne pas étaler dans le temps le retour à nos vies « d’avant ».

Le STJV invite donc fermement toutes les entreprises du jeu vidéo à :

  • Laisser encore au cours de l’été, puis en fonction de la situation sanitaire, le choix, sans demander de justification, aux employés et employées entre présentiel, télétravail, et toute solution hybride ;
  • Continuer à appliquer toutes les mesures sanitaires, en particulier les jauges maximales de présence, afin de limiter les risques de contagion au bureau ;
  • Permettre aux employé·es d’aller se faire vacciner sur les horaires de travail, sans pénalité et donc sans les forcer à utiliser des congés payés ou sans-solde, afin de lever le plus d’obstacles possibles à cette vaccination.

Le STJV restera attentif à la suite des événements et surveillera les attitudes des entreprises du secteur. Nous restons toujours à la disposition de celles et ceux qui auraient besoin de notre aide, ou auraient des questions sur leur situation ou celle de leur entreprise. N’hésitez jamais à nous contacter à contact@stjv.fr