Appel à la grève dans le jeu vidéo du 1er au 10 janvier 2020

Pour le 5 Décembre dernier, premier jour du mouvement contre le projet de réforme des retraites, le STJV lançait un appel à la grève. La mobilisation a été très suivie dans le jeu vidéo : plus de travailleur·se·s que nous ne l’attendions se sont mis·es en grève et le STJV, présent à toutes les manifestations depuis le début de la grève, a réuni une centaine de personnes dans 4 villes de France métropolitaine lors des plus gros jours de mobilisation. Nous avons pu également échanger avec d’autres syndicats, rencontrer des travailleur·se·s et les informer sur nos activités, leurs droits et comment les défendre. Ce mouvement de grève permet de créer l’unité des travailleur·se·s et une base collective de lutte pour un meilleur avenir pour tout le monde.

Les révélations sur Jean-Paul Delevoye, en charge du projet de réforme des retraites jusqu’à sa récente démission, et ses nombreux conflits d’intérêt, nous montrent bien que cette tentative de réforme a pour but de favoriser des intérêts privés, notamment les fonds de pension, et donc à terme les personnes les plus aisées. Delevoye est parti mais pas son projet de réforme. Le nouveau secrétaire d’état chargé du dossier, Laurent Pietraszewski, n’est pas exactement connu pour son amour des travailleur·se·s ni du syndicalisme : nous n’attendons rien de lui. Nous ne souhaitons aucun compromis, et devons continuer à nous mobiliser jusqu’au retrait total du projet de réforme.

Tout recul sur un acquis social met en danger l’ensemble de ces droits, durement arraché par la lutte, en créant une ouverture pour les niveler par le bas. Après les réformes du code du travail et de l’assurance chômage, qui ont déjà pour effet d’appauvrir et précariser la population, le gouvernement continuera son œuvre destructrice tant que nous ne l’arrêterons pas.

Nos revendications ne changent pas : retrait total du projet de réforme du système de retraites, amélioration du système actuel, meilleures conditions de travail, moins de précarité et plus d’égalité. Plus précisément, dans l’industrie du jeu vidéo : stop au crunch, hausse des salaires, égalité des genres, lutte contre le harcèlement et toutes les discriminations, stop au CDD généralisé et au salariat déguisé, stop à l’exploitation des stagiaires !

Depuis le 5 Décembre nous suivons les appels des grandes centrales syndicales, que nous faisions remonter à nos adhérent·e·s et sur Twitter. Nous lançons dorénavant nous-même un appel à la grève reconductible couvrant le champ d’action du STJV dans le secteur privé, du 1er au 10 Janvier 2020 inclus. Les adhérent·e·s du syndicat décideront ce jour là des suites à apporter à la grève et de l’éventuelle reconduction de l’appel. Nous vous invitons à organiser ou à participer à des assemblées générales partout en France.

Cet appel concerne donc : toute personne employée par une société d’édition, de distribution, de service et/ou de création de jeu vidéo quel que soit son poste ou son statut et quel que soit le type de production de sa société (jeux consoles, PC, mobile, serious games , expériences VR/AR, moteurs de jeu, services marketing, etc.), ainsi que tout·e·s les enseignant·e·s travaillant dans des écoles privées dans des cursus en lien avec la production vidéoludique. Pour toutes ces personnes, et puisqu’il s’agit d’un appel national à la grève, aucune démarche n’est nécessaire pour se mettre en grève : il suffit de ne pas venir travailler les jours où vous souhaitez faire grève.

Nous invitons également les personnes en freelance, créateur·ice·s de contenu, étudiant·e·s, chercheur·se·s, membres de sociétés coopératives de production et chômeur·se·s à se mobiliser et se joindre à nous lors des manifestations et rassemblements qui viendront.