La lutte continue

Emmanuel Macron a été réélu président. Si on peut se réjouir que le danger fasciste immédiat ait été écarté, il n’en reste pas moins que les perdant·es de cette élection et de sa campagne sont facilement identifiables : ce sont toutes les personnes opprimées et exploitées. Pour elleux, 5 ans de plus sous Macron ajouteront à leur détresse et leur colère, et iels n’auront pas forcément le loisir de s’asseoir à nouveau sur leurs droits jusqu’aux prochaines élections.

De la même manière, on en connaît aussi les gagnant·es : le patronat, les évadé·es fiscaux, les pollueur·ses, les racistes, qui utilisent la peur et le mépris pour écraser les plus précaires qu’elleux. De manière générale, ce sont les riches et les égoïstes qui veulent sciemment détruire la vie des perdant·es – quand ce n’est pas y mettre fin.

Ainsi, l’ordre capitaliste ne sera pas seulement perpétué, mais il en ressort renforcé. Si, devant cette situation, on peut être tenté de baisser les bras, c’est bien tout le contraire qu’il faut faire. La solidarité, la liberté et l’égalité se construisent par un effort constant, toutes et tous ensembles, bien plus qu’elles ne s’écrivent au fronton des écoles et des mairies.

Plus que jamais, elles doivent guider et porter nos actions et nos engagements. En tant qu’outil d’émancipation, le syndicalisme doit s’engager en ce sens, défendre les travailleur‧ses et personnes marginalisé‧es et conquérir de nouveaux droits.

Le choix du syndicalisme

Dans une économie capitaliste où le travail est malheureusement central dans nos vies, il devient le champ de bataille principal à la fois des idéologies néo-libérales, totalitaires et fascistes. On l’a bien vu dans cette campagne avec les volontés affichées de candidat‧es de forcer les gens à travailler, même dans les pires conditions et toujours davantage, et d’empêcher les personnes jugées « pas assez françaises » de travailler et donc être rémunérées, de réduire toute protection sociale…

Depuis des dizaines d’années, les attaques successives contre le droit du travail et les libertés individuelles donnent toujours plus de pouvoir au patronat, et réduisent d’autant plus les marges de manœuvre des travailleur·ses. Nous savons déjà que les 5 prochaines années seront au moins aussi difficiles que celles que nous venons de vivre.

La politique ne peut se résoudre à quelques participations à des élections : les combats pour un monde plus juste se jouent tous les jours, et à des échelles bien plus diversifiées et complexes que les seuls moments institutionnels des échéances électorales.

Le STJV, qui va fêter ses 5 ans d’existence cette année, a accompagné des centaines d’affaires et continue à le faire. Nous y avons vu des travailleur·ses et étudiant‧es en détresse, éreinté·es et écrasé·es par les logiques de rendement des entreprises, harcelées et diminuées par les patrons, les directions et les RH. Mais en remportant la majorité de ces affaires, nous les avons aidé·es à améliorer leurs conditions, et ainsi vu·es regagner la liberté, la dignité et la fierté qu’on leur avait volé.

Nous avons pu constater qu’à chaque fois qu’une victoire est possible, elle se fait par la lutte collective. Nous continuerons ces combats toutes et tous ensemble. En se frottant tous les jours aux attaques du patronat, du gouvernement et de l’Etat, nous pouvons identifier et essayer de construire, ensemble, les organisations les plus à même d’y faire face et de passer à la contre-offensive.

Toutes les avancées sociales sont le résultat de l’action conjuguée de travailleur·ses, qui ont, à force de grèves, de manifestations, d’occupations, réussi à instaurer des droits et protections collectives. Nous allons poursuivre notre lutte hors de l’électoralisme sur l’action de terrain collective, afin de construire un rapport de force en faveur du peuple.

Dans le jeu vidéo

En tant que travailleur·ses du jeu vidéo, nous avons tout à gagner à défendre nos intérêts et ceux de notre industrie par l’organisation syndicale. Nos patron‧nes ne s’en privent pas, pourquoi devrions nous nous l’interdire ? La fin des logiques capitalistes, de rendement, du crunch, mais aussi la fin des violences au travail, des agissements sexistes, des harcèlements et discriminations en tout genre, c’est ce pour quoi nous nous battons au STJV depuis bientôt 5 ans.

En plus des affaires juridiques et sociales que nous soutenons, nous travaillons aussi à révéler les travers de l’industrie et des organismes privés/publiques des formations au jeu vidéo, et faisons valoir nos droits, par exemple en publiant nos propositions pour une industrie plus juste.

Enfin, et puisque le jeu vidéo joue un rôle non négligeable dans la structuration des imaginaires collectifs et dans les espaces culturels, sociaux et politiques, nous luttons pour que le jeu vidéo devienne un medium vecteur de changements positifs.

L’absence de démocratie dans les processus créatifs pousse invariablement à une droitisation de notre industrie. Dépolitisation des thèmes abordés dans les productions, mise à disposition de notre medium comme outil de propagande militaire et nationaliste, manque de diversité des équipes de développement, passivité de l’industrie face à la prolifération de groupes fascistes en ligne, utilisation de clichés sexistes et racistes dans les campagnes marketing… Nous, travailleur·ses du jeu vidéo, avons mieux à proposer au grand public et à la société dans son ensemble, et nous devons pour ce faire imposer un rapport de force en notre faveur.

Ce travail de longue haleine, de la création à partir de presque rien d’un syndicat à notre force actuelle, est rendu possible par nos adhérent·es. En mettant en commun notre travail bénévole et nos cotisations, le syndicat donne aux travailleur‧ses les moyens de s’engager dans des procédures et actions et de les gagner. Se syndiquer participe de ce travail titanesque, rendu possible par le collectif.

À nous d’agir.