Déjà plus de 3 semaines de grève chez Eugen Systems

Nous relayons une nouvelle fois un communiqué rédigé par nos collègues grévistes du studio parisien Eugen Systems. Vous pouvez les soutenir via leur caisse de grève, toutes les participations sont bienvenues : https://www.lepotcommun.fr/pot/kfy5g3ta

[English version]

 

Weeks of Conflict

Nous avons débuté notre grève le 14 février, voilà plus de 3 semaines. 16 mois de contestation déjà.

Mercredi 28 février, après deux semaines de grève, la direction s’est enfin adressée directement à nous en proposant de rencontrer une délégation de grévistes afin de discuter.
Nous nous sommes rendus disponibles dès le lendemain matin, pourtant il aura fallu attendre le lundi 5 mars pour qu’ait lieu la première rencontre avec la direction, celle-ci ayant refusé les propositions de dates précédentes. Encore une fois, nous ne pouvons que remarquer l’absence de considération pour l’urgence de la situation.

Notre délégation s’est donc réunie avec la direction le matin du lundi 5 mars, en présence de M. l’inspecteur du travail en tant que médiateur.
Nous abordons la réunion en mentionnant que notre employeur n’a pas cotisé pour l’année 2018 à la médecine du travail, ce qui est bien entendu obligatoire.
Ce qui est décrit comme un oubli suite à une facture non reçue est extrêmement problématique : certains de nos collègues sont en plein burnout et dépression, et le non-paiement des cotisations empêche par exemple la médecine du travail de planifier des visites médicales de prévention pour les autres salariés. La direction nous assure qu’elle a demandé à recevoir à nouveau la facture, et s’est engagée à la régler dès que possible. A l’heure où nous écrivons ce communiqué, le 9 mars, cela n’est toujours pas régularisé.

Concernant nos réclamations et nos revendications, la réponse de la direction est simple : non. Les irrégularités actuelles et passées sont toujours niées, et aucune des propositions que nous avons apportées n’est ne serait-ce que considérée.
La direction a indiqué à de nombreuses reprises qu’elle considère que certains contrats sont anciens ou erronés, et qu’elle n’a par conséquent pas à les respecter. Elle considère par exemple que les métiers créatifs (game designers, graphistes, level builders…) n’ont pas besoin de formation et que ces salariés seraient surqualifiés par leurs formations spécifiques, souvent de niveau Bac +5.
La réunion est reconduite au lendemain matin, pour que la direction prenne le temps d’établir une proposition de grille de classifications concernant les postes de l’entreprise.

Le mardi 6, nous recevons donc cette proposition sous l’état de brouillon, incomplète (il n’est fait mention que des métiers de programmation) et remplie d’erreurs. Nous considérons que cette proposition faite par la direction n’est pas sérieuse, mais pire encore, elle contient des éléments nettement moins avantageux que ce qui se pratique actuellement dans l’entreprise. Drôle de façon de négocier.
Étant donné qu’elle n’est qu’à l’état de projet, nous ne publions pas de détails, mais faisons part de notre méfiance à son sujet. Le fait que la grille ne concerne que certains métiers et qu’elle soit encore à l’état de brouillon nous laisse penser que la direction tente encore de gagner du temps.

A plusieurs reprises au cours de ces réunions, il nous a été reproché de diffuser des mensonges par nos communiqués et de ne pas contrôler les publications des journalistes et utilisateurs des réseaux sociaux : la direction semble ignorer que nous ne contrôlons pas l’opinion publique, alors même qu’elle refuse le droit de réponse que lui accordent les journalistes.
Nous avons demandé à ce qu’on nous désigne précisément quels propos de nos communiqués étaient contestés, mais n’avons obtenu aucune réponse concrète.

Nous n’avons depuis pas eu d’autre proposition de rencontre, et la direction a refusé la nôtre pour ce vendredi 9 mars, sans se donner la peine d’en expliquer les raisons.

Nous attendons toujours que la direction prenne conscience de la gravité des problèmes soulevés et montre sa volonté à résoudre le conflit. Il est impensable de continuer à nier les irrégularités et de tenter en parallèle d’abaisser encore nos conditions de travail.

Nous vous remercions une nouvelle fois pour les messages de soutien et les donations qui nous aident énormément !

Les employés grévistes d’Eugen Systems